Comme dans tous ses spectacles, avec Les Naufragés du Fol Espoir, le Soleil propose au spectateur un voyage dans l’espace et le temps. Un bateau, un naufrage, une île déserte, des émigrants en quête d’un nouveau monde… vu à travers le tournage mouvementé d’un film muet dans une Guinguette nommée Le Fol Espoir, tournage qui nous transporte de Mayerling à l’Ile d’Host près du Cap Horn, de l’assassinat de François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois à celui de Jaurès, de la paix à la catastrophe.

Cinq maquettes réalisées expressément pour l’exposition du Musée des Beaux-arts de Nantes en 2009, Construire pour le temps d’un regard, consacrée au scénographe du Théâtre du Soleil Guy-Claude François, en partenariat avec l’Ensan et le Grand T (un des éléments déclencheur de la venue à Nantes des Naufragés du Fol Espoir), restituent d’autres espaces dramatiques du Théâtre du Soleil: les nefs de la Cartoucherie de Vincennes et leur « vide inspirant , le sol vallonné de L’Âge d’or (1975), le face à face de deux théâtres pour Méphisto (1979), le marbre et la brique de L’Indiade (1987), l’arène des Atrides (1990-1993). Ces maquettes seront à nouveau visibles dans les espaces publics de la Beaujoire lors des représentations en mai 2011 afin de célébrer un long périple. La Cartoucherie de Vincennes – et en son sein le Théâtre du Soleil – est un lieu emblématique: cité du théâtre, périphérie centrale, friche industrielle du XIXe investie en 1971, lieu au vert et espace ouvert, architecture muable, rituel, théâtre républicain et citoyen, populaire et solidaire, théâtre du monde. C’est ce lieu qui migre à Nantes après avoir emprunté à Jules Verne les ferments de son nouveau récit en ce début du XXIe siècle.

Hélène Cixous écrit dans la présentation des Naufragés du Fol Espoir: «Et si nous y allions ? Si nous cherchions la lune sur la terre ? De quoi aurait-elle l’air ? Elle serait blanche, brillante et vierge. Ce serait une île. Imaginons. On pourrait y tracer le modèle de l’humanité future. On dessinerait la démocratie idéale trois mille ans après Eschyle ». Outre la référence à l’Ile Utopie chère à Thomas More, la référence au théâtre grec est là : théâtre, démocratie et cité. Ces mots forment le leitmotiv du Théâtre du Soleil qui inscrit sur son fronton la devise républicaine : liberté, égalité, fraternité. Et si nous interrogions la place du théâtre dans la cité, aujourd’hui, le sens et la valeur de cet espace, la nécessité populaire d’un tel lieu de représentation, de rassemblement et d’échange, sa construction et son expression architecturale, en attendant le lever du soleil?

Conférences:

Jeudi 2 décembre 18 h 30, Guy-Claude François, L’invention d’une architecture Jeudi 9 décembre 18 h 30, Béatrice Picon-Vallin, De jacques Copeau à Ariane Mnouchkine, le fil utopique du théâtre français

Jeudi 16 décembre, 18 h 30, Jean-Guy Lecat, Construire un théâtre Jeudi 6 janvier 18 h 30, Yann Rocher, De la cité vers des îles : les théâtres utopiques Jeudi 13 janvier 18 h 30, Xavier Fabre Ville et architecture théâtrale

Jeudi 20 janvier 18 h 30, Philippe Goudard, Aire de jeu centrale, théâtre de l’exploit: architectures du cirque

Jeudi 27 janvier 18 h 30, Paul Pourveur, Plot your city (création de cette pièce en 2011 en Hollande)

 

Conception du cycle : Marcel Freydefont 06 82 39 73 83

freydefont.marcel@numericable.fr

 

anne.duchesne@nantes.archi.fr

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s